| Taille | Traitements | Dossiers | Arbre & loi | Formations | Livres | De mémoire d'arbres | Stages | écrirenous ecrire|

lundi 26 janvier 2009      

Plantez un arbre à poules

Les poules sont des animaux dotés d'une capacité de défrichage impressionnante, et les poulaillers les mieux enherbées finissent souvent par ressembler à une steppe désolée. Pour y faire renaître un peu de végétation, plantez donc quelques arbres. Et pas n'importe quels arbres, plantez des arbres à poule.

 

Des mûriers et des poules
Le premier avantage que tireront vos gallinacés de la présence d'un arbre, c'est de disposer d'un coin ombragé en été. Ce qu'elle ne manqueront pas d'apprécier. Elles y trouveront éventuellement un endroit où se percher, si les premières branches ne sont pas trop hautes. Mais ce qui donne toute sa valeur à un tel arbre dans un poulailler, c'est sa capacité à fournir pendant un temps suffisamment long un complément de nourriture fraîche, autrement dit de leur donner des fruits.
La tradition des "arbres à poules" (j'ignore si on leur donne là bas ce nom suggestif), est encore assez répandue dans le sud ouest. Dans cette région les agriculteurs plantent très souvent un mûrier noir dans leur poulailler, ou dans la cour de la ferme, pour le plus grand bénéfice des volailles. Le mûrier noir est un joli arbre, aux larges feuilles raides au toucher, qu'il est totalement déconseillé de planter au dessus d'un banc ou d'une table de jardin, à cause de la quantité de fruits extrêmement salissants qui tombent de sa ramure entre le mois d'août et le mois de septembre. On en faisait jadis un sirop contre l'angine, et on s'en sert encore parfois pour les confitures, mais c'est un fruit en général peu goûté des humains. En revanches les volailles en raffolent, elles y trouvent une source d'aliments frais qui complète harmonieusement leur régime souvent trop riche en graines.

Sureaux, poiriers et groseilliers
Le mûrier noir (et son cousin le mûrier blanc), aime les terrains légers et plutôt secs, il est d'un tempérament assez frileux, on ne peut donc pas le planter partout. Heureusement il existe bien d'autres arbres qui peuvent trouver leur place dans ou à proximité d'un poulailler. Ils doivent avoir pour qualité la rusticité, l'abondance de production, ainsi que la faculté de laisser tomber des fruits au sol pendant une assez longue période.
Le sureau est intéressant parce qu'il pousse à peu près partout, ne coûte rien, et produit beaucoup. Malheureusement il a tendance à réserver ses fruits aux passereaux qui se perchent dans ses branches. Pour que les poules puissent en profiter, il faut couper quelques grappes chaque matin pour les faire tomber au sol, ce qui n'est pas un travail bien fastidieux. Le poirier est également très apprécié, mais on préfère bien entendu en conserver les fruits pour la consommation familiale... à moins de planter un exemplaire dans le poulailler spécialement réservé aux poules. Les variétés vigoureuses comme la poire curé ou la doyennée du comice conviennent bien.
Moins connu, mais tout aussi productif, le cormier ou sorbier domestique donne une quantité de petits fruits à chair un peu astringente en septembre octobre qui sont facilement picorés quand ils deviennent blets. Pensez également aux mures sans épine, cet hybride de mûre américaine qui fructifie sans discontinuer pendant deux mois, entre mi-juin et mi-septembre suivant les variétés. Un ou deux pieds suffisent pour démarrer la plantation. L'extension se fait ensuite à partir des marcottes se formant naturellement à l'extrémité des pousses, qui s'enracinent quand elles touchent le sol. Il faut les planter le long du grillage, ce qui permet de les palisser et de les entretenir. Les fruits qui tombent à l'intérieur sont pour les volailles, ceux qui mûrissent à l'extérieur pour les humains. Dans le même ordre d'idée, on peut profiter de la taille des groseilliers et des cassis pour planter une rangée de boutures autour du poulailler, après avoir travaillé une bande de terre de quatre vingt centimètres à un mètres tout autour du grillage (maturité mai-juin).
Autre grand classique, à réserver aux climats doux, le kaki ou plaqueminier de chine. La plupart des gens se lassent vite de ces fruits à la saveur particulière, et une grande partie de la production pourrit sans avoir été ramassée. En revanches les poules en raffolent.

 

Inventez votre verger avicole
Au chapitre des arbres à poule, on aurait pu citer le sorbier des oiseleurs (il faut le secouer pour faire tomber les fruits) le pommier, en particulier les variétés à chair tendre comme la transparente de Croncels ou l'astrakan rouge, ou encore le figuier, facile à bouturer et qui ne coûte rien dans les endroits où sa culture est possible. L'idée étant non pas de cultiver un verger pour nourrir des volailles, mais de planter quelques arbres dans ou autour du poulailler, pour compenser, avec le minimum de travail possible, leur manque chronique de nourriture fraîche. A vous de composer avec les moyens du bord, les arbres qui poussent dans votre région, un menu "fruits de saison" qui s'étale sur la plus grande période possible. Sans négliger bien sur votre verger familial !

  
retour en haut de page
    | Taille | Traitements | Dossiers | Arbre & loi | Formations | Livres | de mémoires d'arbres| Stages | nous écrirenous ecrire

agence des arbres Monlaur 09000 L'Herm -
adresse administrative : l'agence des arbres 21 rue des Chapeliers 09000 Foix

La dernière mise à jour de ce site date du 26/01/09